dimanche 14 août 2011

Ecole: coopération ou exclusion

Mondialisation, libéralisme, compétitivité... font toujours vibrer le monde d'aujourd'hui et conduisent à l'individualisme et certains de ses ravages.
Très tôt, les enfants sont amenés à être « les meilleurs ». Au sein de la famille, tout d'abord.. Nous y reviendrons dans un prochain billet. Puis à l'école. Une école, qui en France, prône la logique compétitive. Notes, classements et « bons points » sont quasiment les seuls indicateurs de réussite - ou d'échec - des élèves. Un système renforcé, en outre, par l'inébranlable courbe de Gauss (la fameuse histoire des trois tiers).

L'apprentissage coopératif comme alternative
 
Célestin Freinet
La construction commune des savoirs, dans l'échange et la confrontation, apparaît bien loin des préoccupations de l'Education Nationale voire des enseignants. Bien sûr et heureusement, les courants pédagogiques issus de Montessori ou Freinet sont encore ancrés dans certaines organisations scolaires; mais si rares; qu'on en finit par les oublier. Pourtant, ces approches coopératives des apprentissages sont des modèles qui favorisent l'intégration sociale et l'épanouissement des jeunes citoyens. Bref, des moyens pertinents de lutter contre les diverses formes d'exclusion. Qu'on se le dise!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire