mercredi 25 avril 2012

Entendons-nous bien !

L'écoute n'est pas innée.
Coopérer nécessite, entre autres, de s'écouter. Chacun pense savoir le faire et suppose même que c'est instinctif. 
Or, écouter est un comportement qui s'apprend. Il n'est pas naturel. Personne ne nous apprend réellement à écouter. Par conséquent, on constate de lourdes pertes d'information entre le locuteur et l'auditeur. L'entonnoir de la communication (ci-dessous) l'illustre concrètement.

 

Entre ce que l’autre pense, ce qu’il dit, ce que j’entends et ce que je crois comprendre de ce qu’il dit, il y a un véritable fossé !

Seulement 20 % de l'information arrive à destination :


Ce que vous avez à dire : 100 %
Ce que vous pensez à dire : 90 %
Ce que vous dites : 70%
Ce qu'il entend : 60 %
Ce qu'il écoute : 50 %
Ce qu'il comprend : 40 %
Ce qu'il admet : 30 %
Ce qu'il retient : 20 %


On perçoit bien ici la perte d'information entre le locuteur et l'auditeur. Posséder une bonne écoute permet bien évidemment de réduire au maximum les altérations.



Sur le même sujet :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire